1990 – 1994

1990 : Pilote rachète le constructeur Allemand Frankia

Coupure de presse sur le rachat de Frankia par PILOTEPilote manifeste à nouveau sa volonté de s’internationaliser et de renforcer son implantation en Europe en rachetant Frankia, le cinquième constructeur allemand. Un choix stratégique quand on sait que l’Allemagne enregistre chaque année l’immatriculation de près de la moitié des camping-cars européens. En utilisant le réseau de distributeurs Frankia, Pilote entend doubler ses ventes de camping-cars en Allemagne.

 

Situé en Bavière, à Marktschorgast, près de Bayreuth, Frankia possède un outil de production nettement inférieur à celui de sa maison-mère française mais jouit d’une remarquable image de marque. L’entreprise emploie 150 personnes et construit quelques 1 000 camping-cars par an.

 

 

Et investit dans l’usine de la Limouzinière

Investissement dans l'usine de la Limouzinière

En pleine expansion depuis 1986, le marché du camping-car croît de 20 % par an en France et de 40 % en Allemagne. La clientèle,relativement aisée, plus âgée que celle de la caravane, veut faire du tourisme en toute liberté et en dehors des sentiers battus.

 

C’est pourquoi, tout en misant sur la croissance externe, Pilote investit également sur son site français. Acquisition de terrains (1,5 ha), réaménagement de certains ateliers, investissements industriels dans des machines à commandes numériques et dans un programme d’automatisation, recherche de gains de productivité, tout est fait pour renforcer le potentiel de l’usine de La Limouzinière. L’objectif est d’atteindre une production annuelle de 3 000 véhicules. 

 

Sortie de 5 nouveaux modèles

En 1990, Pilote sort cinq nouveaux modèles dont le nouvel intégral 9000 SX avec utilisation de polyester moulé « double peau » avec âme en polyuréthane pour la face avant et en Airex pour l’ensemble de la carrosserie. 

 

1991 :  La guerre du golf                                              

La guerre du Golfe fait souffler un coup de froid sur le marché du tourisme. Pilote réagit à la  contraction de son carnet de commandes en réduisant sa production sans changer pour autant de stratégie. Qualité et export sont toujours de mise.

Camping Car PILOTE 1990

Devant l’accumulation des stocks, Pilote décide de réduire sa production à 2000 unités en 1991 mais son objectif reste le même : renforcer ses positions européennes, en jouant sur la qualité et se donner les moyens d’être dans le peloton de tête sur un marché qui augmente de 20 % par an.

Pilote continue ainsi à investir et dote Frankia d’une nouvelle usine qui se construit le long de l’autoroute Berlin – Nuremberg.

 


 

1992 : le début de la crise

Après avoir connu un développement spectaculaire, Pilote traverse une mauvaise passe. Le marché européen se rétrécit comme peau de chagrin. Pour éviter la sortie de route, Pilote renouvelle en profondeur sa gamme de façon à s’adapter aux évolutions du marché et aux attentes des clients.

La crise frappe de plein fouet les dépenses de loisirs des Français. Sous l’effet de la crise, le marché européen se rétrécit comme peau de chagrin. L’Angleterre, la Suède et la Finlande ont institué des taxes qui sont de nature à faire reculer d’éventuels acheteurs. Les ventes dans ces pays chutent de 60 %.

 

Même constat sur le marché français. En septembre 1992, le pointage annuel des ventes de véhicules de loisirs est sans équivoque. Sur un an, les immatriculations de camping-cars ont reculé de 4 % : 5 850 ventes contre 6 100. Les caravanes régressent pour leur part de 11,4 % avec 18 000 ventes contre 20 200. La crise touche d’abord les biens d’investissement durables et les investissements différables. Les Français se rabattent sur des produits vacances bon marché, les bonnes vieilles tentes de camping se refont une jeunesse.

Conséquence directe pour Pilote, la production s’écoule difficilement.

Pour tenir la route face à la crise, Pilote se fixe 3 priorités : innovation technologique, qualité et grande souplesse d’adaptation à la demande de la clientèle. Viennent ensuite le service à la clientèle et l’attention portée aux hommes, les hommes de l’entreprise et les 155 concessionnaires. Une attention qui se traduit par le partenariat et la formation.

 

Pilote réagit par le renouvellement en profondeur de sa gamme

Gamme 1992 De PILOTEL’année 1992 est marquée par le renouvellement en profondeur de la gamme Pilote afin de mieux répondre aux attentes de la clientèle. Sur les 22 modèles de camping-cars de la gamme 1992, 14 sont des nouveautés. 3 nouvelles lignes encore plus design et fonctionnelles voient le jour : Atlantis (modèles 38 CX, 39CX, 47 CX et 48 CX), Pacific (31 PX, 32 PX, 64 PX, 66 PX et 67 PX) et Galaxy (76MX, 78MX, 80 MX, 85 MX, 86MX).

 

L’esthétique change du tout au tout. La plupart des implantations sont connues mais à l’extérieur comme à l’intérieur, les Pilote 92 ne ressemblent en aucune manière aux précédents : nouvelles tôles, bas de caisse en aluminium, décorations ultra sobres, faces avant entièrement retravaillées, introduction d’une ligne de profilés surbaissés sur Al-Ko voie large. A l’intérieur, stores à cassette haut de gamme, vitrages à encadrement sans pont thermique, menuiseries recouvertes de stratifiés et entourées de merisier massif… La liste des innovations du millésime Pilote 1992 est impressionnante. Elle est marquée par  une qualité en hausse et un style plus moderne.

 

La dénomination des camping-cars change également : les modèles ne s’appellent plus R… quelque chose mais se répartissent en Atlantis (capucines), Pacific (profilés) et Galaxy (intégraux).

Les Atlantis sont des camping-cars familiaux, les Pacific sont destinés à une clientèle de retraités qui part plus longtemps, les Galaxy constituent le top de la gamme.

Cet effort sans précédent marque la volonté de l’entreprise de faire la course européenne en tête.

 


 

Camping Car de 19931993 : Touchée par la crise, Pilote revient à son premier métier de fabricant de caravane tout en demeurant le premier constructeur français de camping-cars.

En juin 1990, Pilote connaissait son apogée avec une production annuelle de 2 500 véhicules. La même année, l’entreprise de la Limouzinière prenait pied sur le marché allemand en rachetant 100 % du constructeur Frankia. La guerre du Golfe a stoppé cette belle dynamique. Si le marché français est resté stable en 1992, les ventes à l’étranger ont plongé de 50 %. Dans ce contexte, Pilote a dû réduire sa production à 1 700 unités en 1991 puis la stabiliser à 1 200 en 1993. C’est le point mort de l’entreprise.

 

Cette baisse de régime se traduit par un plan de restructuration qui fait passer les effectifs de Pilote de 212 salariés en 1990 à 110 en 1993.

Pilote n’en demeure pas moins le premier constructeur français avec près de 20 % du marché national. C’est aussi le 3ème constructeur européen.

Pilote contre-attaque en revenant à son premier métier, les caravanes. Le marché de la caravane étant au plus bas, la profession s’est restructurée autour de quelques entreprises, parmi lesquelles Pilote à sa place. Plusieurs prototypes sont réalisés et lancés aux salons du Bourget et d’Essen en Allemagne.

 

Top